gallery/accento-3
gallery/day-6 bis
Phase 1 :

Reconnaissance et analyse du versant de la face sud du K2

 

 A)- Récolter un maximum de données climatiques et topographiques précises, en étudiant le comportement et les changements climatiques dans une région du Karakoram ou l'eau des glaciers est importante, afin de permettre à des scientifiques, ainsi qu'aux autres expéditions d'étudier les points suivants:

1-Atténuer l'impact environnemental.

2-Regrouper les données scientifiques pour anticiper les changements climatiques du Karakoram.

3-Sauver des vies en préservant les ressources naturelle en eau douce.

4- Anticiper et améliorer les prévisions métèorologiques depuis le camp de base du K2.

5- Envisager d'autres perpectives d'études scientifique.

 

      B)- Analyser notre retour d'expérience du terrain afin de garantir la faisabilité d'ascension du sommet en style alpin sous les différents points suivants:
  Regrouper les observations du vent et nivologique de la face. 
Déterminer la voie et les camps d'altitudes.
Prise de vue aérienne et topo complet grâce au drône.

 Nos conclusions seront transmissent à nos partenaires pour évaluer ensemblent le budget de l'ascension hivernale du K2 . ­

 

Arrivé à Skardu notre agent de liaison à subit des pressions internes qui ont donné lieu à une incompréhension générale due à l’emballement médiatique. Plusieurs sources basées en France et une source interne pakistanaise, proche des autorités locales ont fourni de fausses informations sur notre projet de trek aux bases camp du K2. Nous avons eu de gros problèmes sur place avec les autorités locales, car la zone dans laquelle nous nous trouvons est militarisée, nos passeports ont été confisqués plusieurs jours sans aucune explication (nous n’avons jamais été emprisonnés au Pakistan) . Nous avons informé l’ambassade de France de cette situation et nous allons engager des poursuites judiciaires en France à l’encontre des initiateurs de ces propos diffamatoires qui nous ont conduits à nous retrouver dans cette situation très stressante et difficile à gérer. Il est normal que vous vous questionniez au vu de ce qui ressort des réseaux sociaux, c'est-à-dire tout et rien, mais surtout de certaines personnes profitant de la situation pour écrire des calomnies et allégations fausses sur certains forums spécialisés Français…

Nous ne nous faisons pas d’illusions sur nos chances à conquérir le K2 en hiver, mais le principal est d’avoir eu le courage de partir explorer le massif du Karakorum en hiver. Certaines personnes mal intentionnées n’ont pas compris l’objectif de cette expédition malgré les explications détaillées de notre site. Analyser et emmagasiner notre retour d'expérience hivernale afin de partager. Notre initiative personnelle vise à apporter des informations que nous partageront le plus largement possible à toute la communauté montagnarde pour permettre à une future équipe française de gravir ce sommet. Nous sommes de vraies passionnées de montagnes, avons investi toutes nos économies dans cette expédition financée intégralement sur nos fonds propres, aidés par une cagnotte participative. L’élaboration de cette expédition, à durée prés d’un an et nous l’avons fait à deux, sans aucun soutien. Des articles écrit par différents médias, alimenter par les réseaux sociaux ne représente pas ce que nous voulions dire et nous ont porté préjudices. Nous nous sommes, en aucun cas, spécialiste en marketing donc certainement notre communication est mauvaise, c’est un métier qui n’est pas le nôtre et donc ce n'est pas évident de nous s’exprimer suite à un emballement général non maîtrisable laissant l’incompréhension du projet. Certains alpinistes sont portés par la concurrence malsaine ou la jalousie et ont lancé une rumeur sans même nous rencontrer préalablement pour échanger sur le sujet. L’ambition de ce projet est de marquer l’histoire de l'alpinisme à travers une éthique humaine et environnementale et c’est dans cet esprit que nous prenons plaisir à partager les images d’expéditions, le suivi tracking, non pas dans un but de vouloir buzzer ou je ne sais quoi d'autre…

Grace à l’aide d'Ali Sadpara avec qui nous nous sommes entretenues nous avons pu clarifier la situation auprès des autorités locales en exposant nos véritables intentions et non celles lancées par des diffamateurs basés en France. Le peuple pakistanais est un des plus accueillants que nous avons eu l’occasion de voir jusqu’à ce jour ! Vous comprendrez que ce n’est pas ce minuscule « détail » qui va empêcher la suite de l’aventure hivernale !
Jonathan Bordes a été contraint de quitter l’expédition suite à des soucis médicaux et sera de retour en France dans les prochains jours.
La suite de l’expédition aura notablement l’objectif d'un sommet non répertorié à plus de 5000 mètres dans le massif du Nanga Parbat.

gallery/img_0827